« Le Goût de la Vie ancré dans la matière » – Les créateurs du quotidien 2.

« Le Goût de la Vie ancré dans la matière » – Les créateurs du quotidien 2.

 Nous rencontrons tous sur notre chemin des personnes engagées, créatives, qui dégagent une Force de Vie et incarnent au quotidien des valeurs inspirantes tant dans leur vie personnelle que professionnelle.  Puisque tout est relié, puisque que c’est en s’inspirant les uns des autres qu’on avance, partageons des idées porteuses, des discours motivants et voyons comment il est possible de passer du rêve, de l’idée, à la concrétisation dans la Matière.

Pour cette deuxième rencontre, nous allons découvrir qui se cache derrière les nombreuses activités proposées par l’association « Les Ateliers de l’Embellie » dont elle est la présidente : Madame Monik Bayard-Carette.Monik Bayard-Carette présidente de l'association

C’est elle aussi qui est à l’origine de la boutique Elles et Embellies située 22 rue d’or à Strasbourg. Elles et Embellie est une boutique spécialisée dans les produits et soins pendant et après un cancer du sein (perruques, prothèses mammaires, lingerie, vêtements adaptés entre autres) … Mais aussi et surtout… c’est un lieu accueillant et chaleureux, qui offre un réel temps d’échange humain et essentiel pour chaque personne, touchée de près ou de loin par la maladie.

De l’idée à la matérialisation : Quel a été pour toi le processus pour passer de l’idée à la concrétisation dans la matière ?

« C’était avant tout une forte croyance…Croyance qu’il était possible de rendre plus doux, plus délicat, le quotidien et l’accompagnement des femmes atteintes de cancer. J’y croyais plus que tout, personne au monde n’aurait pu me faire douter. J’y suis allée avec conviction, je suis allée rencontrer les personnes qui pouvaient me soutenir dans le lancement du projet avant même qu’il soit totalement concrétisé dans ma tête.

Je n’ai pas eu de doute, même par rapport aux banques, aux différentes institutions administratives. J’étais convaincue de mon idée et j’allais la mener au bout. J’avais l’envie :  EN VIE !

Quand on a la Foi et quand on a cette croyance, les gens nous suivent, ils nous laissent la chance. Ils ont tous compris que leurs mères, leurs sœurs, leurs tantes, leurs voisines pouvaient un jour être concernées.

Je n’en parlais pas au futur ou au conditionnel, j’en parlais au présent. Et à un moment les dates se sont fixées. Le projet est né début mai2008, le 8 août on ouvrait le magasin Elles et Embellie et au premier septembre les statuts de l’association étaient déposés. »

Quelles sont tes valeurs « moteur » ? Qu’est-ce qui t’anime ?

« La toute première qui n’est pas explicable et peut paraître utopiste mais c’est l’origine : j’aime fondamentalement l’autre. Le fait d’aimer l’autre c’est se respecter et respecter l’autre. Il n’y a pas 50 moteurs, il n’y en a qu’un. Se respecter c’est aussi s’éloigner des personnes « polluantes ». Je ressens assez facilement les mauvaises vibrations et je sais assez vite m’en écarter. »

« Les Ateliers de l’Embellie » c’est quoi ?

« C’est permettre aux femmes à qui l’on annonce un cancer, aux femmes qui ont un cancer ou aux femmes qui ont déjà repris le travail suite à un cancer de se reconnecter à elles…Mais bien souvent on découvre qu’il s’agit souvent pour elles de se connecter à elles-mêmes pour la première fois.

C’est reconstruire leur schéma corporel qui est souvent mis à mal, leur redonner confiance parce que la maladie est compliquée. Et en même temps, tout ça avec des notions de plaisir, avec des bulles extrêmement légères. Rien n’est lourd. Quand on a ces petites bulles de légèreté, on est dépollué…Et il faut leur permettre ces légèretés-là.

Le magasin Elles et Embellie n’a pas de sens si les ateliers n’existent pas et vice versa. C’est une entité, une philosophie. Et cette philosophie va encore plus loin puisque j’ai également mis en place la fameuse marche Course Rose d’Obernai pour justement inscrire les accompagnants et les familles autour de ces femmes touchées par le cancer.La course rose à Obernai C’est vraiment réunir tout le monde. C’est aussi boucler la boucle : je m’occupe d’elles quand elles viennent au magasin donc je reconstruis le schéma corporel, ça c’est mon job, j’adore le faire et j’adore passer des moments avec elles. J’adore ensuite passer la main aux intervenantes et intervenants de l’association parce que le retour que j’ai des adhérentes c’est qu’il s’agit toujours de moments magiques et uniques. Elles le disent : elles se reconstruisent, elles se retrouvent. Puis la Course Rose pour se retrouver unis autour de la maladie. Rien ne peut exister l’un sans l’autre.

Tout naît d’une philosophie nourrie au fur et à mesure par toutes les personnes qui rejoignent le projet (adhérentes, intervenantes). Elles ont toutes ancré mes vraies croyances. En fait on a tous besoin les uns des autres. Si on arrive à comprendre que la globalité nous fait du bien on a gagné un bout du chemin. »

Un truc que tu as envie de nous transmettre (idée, valeur, plante, art, recette, concept) ?

« C’est un truc auquel je tiens et je ne peux pas travailler sans, quand on vient à ma rencontre au magasin et c’est vraiment essentiel pour moi : c’est d’abord le regard. Ensuite c’est activer mes deux oreilles pour être à la fois en connexion avec moi-même et avec la personne en face de moi. C’est m’accorder ce temps de pause qui me permet d’écouter ce que la personne en face de moi a besoin de me dire. Souvent, j’utilise un ton souriant et « plus bas », cela induit qu’on est obligé de s’écouter et de se regarder. C’est quelque chose qui est capital parce que dans ce ton souriant et à l’écoute il y a « je t’attendais », tu es là, tu étais attendu. »

 Une personne qui t’inspire ?

 « Ce n’est pas une personne qui est là, elle ne sera plus jamais là. C’est quelqu’un de très inspirant qui a basé sa vie sur la bienveillance. La bienveillance, quel petit mot mais quel immense cadeau qu’on peut se faire à soi-même et qu’on fait aux autres. Il s’est nourri de la bienveillance, il nous a nourri de la bienveillance, il est parti avec la bienveillance et il ne nous a laissé que la bienveillance. Il est là et le restera toujours. »

Qu’est-ce que c’est pour toi la force de vie ?

« C’est d’abord et forcément la croyance. La croyance c’est tellement de choses ! C’est croire en ce qu’il y a au-dessus, c’est croire en soi, croire en les autres… La croyance est pour moi le mot le plus fort, celui qui véhicule le plus LA VIE donc c’est quand même plutôt pas mal ! ».

Pour en savoir +:

Page Facebook: L’embellie Strasbourg

Site internet: https://www.elles-et-embellie.com/contact/

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire